La dernière semaine avant le départ en tour du monde

« Alors, prêt !? », « Impatient ? », « Stressé ? », « Excité ? », voici une ribambelle de questions qui nous sont revenus au cours de cette dernière semaine. À la fin, nous connaissions notre itinéraire pays par pays sur le bout des doigts à force de répondre aux interrogations des plus curieux ! Attention, nous ne sommes pas là à nous plaindre, bien au contraire, mais ceci était les signes évocateurs que le départ était tout proche !

Cette impression n’a été que renforcée avec une appréhension grandissante et le temps découlant à vitesse grand V ! On en a quand même retenu des moments assez marquants :

La démission

Départ oblige, il était l’heure de quitter la société dans laquelle on avait une stabilité, une habitude de vie et où des liens c’étaient forcément tissés. Certains départs se font discrètement et d’autres plus retentissants, tout dépend de la personne et de ses relations internes dans la société.

Pour ma part, cela a commencé par un magnifique déguisement offert par mes collègues en début de journée, celui qui représente cette petite part de folie et d’aventure à travers ton voyage, un déguisement d’homme des cavernes ! Le but du jeu étant de travailler toute la journée en étant déguisé de la tête aux pieds, cela avec une température de 28° C bien-entendu, sinon ça ne serait pas marrant !

S’ensuit le pot de départ afin de partager un moment festif avec ses collègues. L’occasion de faire un petit discours, plein de franchise et d’émotions pour remercier tout le monde avant d’enchainer avec d’autres festivités :

La soirée/fête familiale

En général, tu fais en sorte de ne pas manger les 5-6 jours avant parce que tu sais que le repas de famille approche ! Et qui dit repas de famille, dit marathon alimentaire, papilles en émoi et j’en passe, tu manges comme un roi ! Une occasion unique de revoir ses proches autour de bonnes victuailles, de rassurer les plus angoissés, d’écouter les plus experimentés et de finir en PLS après avoir trop manger !

Pour Valentin, c’était déguisement mexicain, mets de spécialités étrangères et dégustation de vin Chilien, la classe ! Et puis-je ne te dis pas tout :

Les derniers plaisirs français

Combien de fois nous à t’on dit que la nourriture et le confort seront les principaux manques, en dehors des proches !? Pas une, pas deux, on s’empresse de profiter tant bien que possible de notre bon vin, la charcuterie, le fromage, le pain et j’en passe ! Un luxe dont nous ne sommes pas conscients au quotidien, vivant dans ce beau pays depuis toujours.

Quant au confort, c’est simple, on apprécie les derniers moments de réseaux mobile, d’un habitat fonctionnel en tout point avec du matériel et mobiliers à n’en plus finir, un lit bien douillet, etc. Tous ces plaisirs simples qui seront remplacés par d’autres durant notre voyage. Un voyage dont lequel sa préparation nous aura fait cogiter jusqu’au bout.

Les galères de préparatifs

La préparation du sac, c’est quelque chose ! Le poids étant primordial et voulant emporter un maximum de choses, il a fallu faire des sacrifices ! Pour nous, cela aura été notamment la tente, la popote, le stabilisateur de l’appareil photo/caméra, de nombreux vêtements, etc. Bref, des heures à faire et défaire ses sacs ! Et encore si seulement cela s’arrêtait à ça !

Le dernier jour avant de partir, Valentin se renseigne et me fait part après différentes lectures d’un point inquiétant. Certains voyageurs, arrivant par avion dans certains pays, se seraient fait refuser l’entrée lorsqu’ils ne possédaient pas de billet de sortie du pays. Ce qui signifie que pour nous, arrivant au Mexique en avion avec un billet Tour du monde comprenant un futur vol au départ du Chili, il était préférable d’avoir un billet de sortie terrestre du pays afin de prouver notre souhait de visiter le pays à durée déterminée ! On a donc du s’empresser de trouver une réservation, le moins cher possible pour un trajet de bus se rendant au Guatemala, afin de nous assurer un bon début de voyage. Voici l’exemple de nombreuses sueurs froides de ces derniers préparatifs. Ah et j’en oublierais presque une chose :

L’au revoir

Séquence émotion assurée ! Du plus douloureux au plus bref, voir au plus « malaisant », l’au revoir n’est jamais simple. Il faut également faire attention à ce que l’on dit ! Si une personne te souhaite de bien profiter durant ton tour du monde et que celle-ci est dans un mode de vie plus classique, lui répondre de passer un bon week-end serait limite déplacé ! Les voeux de chacun sont tellement contrastants qu’on pourrait penser que c’est de l’arrogance !

Bref ceci est un détail amusant mais l’essentiel n’est vraiment pas là, l’au revoir est un moment unique et fort qui permet de dire ce que l’on a sur le coeur et de souligner notre chance d’avoir des proches exceptionnels. Pour Valentin comme pour moi, ces au revoirs resteront gravés longtemps.

Pour résumer, cette période fut pleine de rebondissements ! J’en profite pour te rappeler qu’il est fortement conseillé d’étaler ses préparatifs de voyage sur le temps afin d’éviter les mauvaises surprises. Mais ça bien-sur c’est toujours plus facile à dire qu’à faire !

Si cet article te donne envie de réagir sur une anecdote ou de nous laisser un commentaire sur le beau temps de demain, n’hésites pas, c’est en dessous que ça se passe !

4.7/5 - (6 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*